Hokusai

Nicolas, le 29 avr 2007

hokusai - livre

Depuis quelques temps, je suis avec passion la série de documentaires Miami ink sur Discovery Real Time qui raconte la vie quotidienne d’un salon de tatouage de Miami. Je ne rate pour rien au monde ce rendez-vous hebdomadaire télévisuel eu égard à mon intérêt pour le tatouage (bien évidemment : c’est un art graphique). L’un des personnages majeurs de la série est Kat Von D, jeune tatoueuse de 24 ans qui avec déjà 10 ans d’expérience (!!) fait des merveilles avec les portraits en noir et dégradés de gris, et tout particulièrement concernant les sujets religieux. Le salon de tatouage a été fondé par Ami James qui a une vraie passion pour les motifs japanisants : dragons, carpes, samurai et autres vagues… En parlant de vagues, justement, à force de voir les vagues d’Hokusai apparaitre à l’écran, je me disais qu’il serait important de citer le travail de cet artiste japonais incontournable du XVIIème – XVIIIème siècle. Hokusia est certainement l’artiste japonais le plus connu autant dans l’archipel que dans le reste du monde. Si vous ne connaissez pas son nom, vous connaissez certainement son travail : qui n’a jamais vu La Grande Vague ou l’une des trente-six vues du Mont Fuji ?
En passant devant un bouquiniste (de ceux qui cassent les prix des bouquins), je suis tombé sur Hokusai par Matthi Forrer aux éditions Bibliothèque de l’image qui permet d’avoir un bon aperçu du travail de Hokusai. Et pour moins de 10 euros, comment ne pas sauter sur l’occasion pour augmenter un peu plus sa culture générale.

#art #lectures

J-Pop sur technobiosphere et Musique radio : J-List #4

Nicolas, le 26 avr 2007

A-Nation 2006

Depuis hier midi, vous pouvez écouter sur Musique Radio la 4ème édition de la mensuelle J-List. Au programme, vous aurez le plaisir de découvrir ou redécouvrir, entre autres, les meilleurs titres 2006 de la A-Nation. La A-Nation, c’est le corps d’élite du label Avex et le nom du festival J-Pop le plus impressionnant de l’archipel. Chaque été, sont rassemblés, sur une même scène, ces stars de la Pop commerciale japonaise. On y retrouve Hamasaki Ayumi, TRF,Every Little Thnig, Kumi Koda, Otsuka Ai, Suzuki Ami, Tohoshinki… Du bonheur pour les oreilles :)
J’espère que cette playlist vous plaira et je vous promets une petite surprise pour la prochaine édition de la J-List.

#musique

Phil in the circle

Nicolas, le 24 avr 2007

Phil Hansen - Kim Jong Il
La valeur du sang – « Pour créer cette oeuvre de Kim Jong Il, j’ai utlisé 500ml de mon sang pour dessiner sur une toile composée de 6000 pansements adhésifs. » – Phil Hansen

Il y avait longtemps que je n’avais été impressionné à ce point par un artiste. Et c’est à Fabrice que je dois cet incontournable tuyau.
Il s’agit de Phil Hansen dont on peut trouver le travail extraordinaire et engagé sur son site, Phil in the circle.
Phil Hansen peint, dessine, en travaillant des techniques très variées : avec le tranchant de la main pour le portrait de Bruce Lee, avec les pieds, à la façon pointilliste en listant les soldats américains morts en Irak pour le portrait de G.W. Bush, en collant des passages de la bible pour représenter les membres du KKK, et, tout simplement, au crayon pour un portrait ultra réaliste de chirurgiens.
A noter la très amusante liste interminable de « irritable » et de « hot » pour qualifier Paris Hilton… je ne vous gâcherai pas la fin de cette petite vidéo que vous pourrez voir parmi tant d’autres sur son profil YouTube. La vidéo donne d’ailleurs une dimension véritablement pertinente à son travail.

#art

Selector.fr + Artskills.net

Nicolas, le 22 avr 2007

selector.fr

Il est difficile de pouvoir tout voir, tout lire, tout écouter. Surtout lorsque le boulot devient si chronophage. Alors il m’arrive de passer à côté de certaines choses intéressantes ou de les remettre à plus tard, bien malheureusement.
C’est un peu le cas avec le Selector : J’ai reçu un mail de Pierrick qui m’expliquait le concept qu’il avait développé : Un module insérable sur n’importe quel blog ou site diffusant une information thématique quotidienne. Concept très intéressant venant enrichir le contenu déjà présent dans le blog.
18 jours se sont écoulés entre la réception du mail de Pierrick et le moment où je me suis convaincu de la pertinence du module pour la technobiosphere.
Vous le trouverez donc dans le panneau latéral juste après les flux rss des groupes flickr dont je suis « membres » (en espérant que j’obtienne de l’auteur une version chartée du Selector j’ai obtenu de l’auteur les informations pour la mise à la charte).

artskills.net

Il m’aura fallu encore plus de temps avant de redécouvrir Amkashop et jeter un oeil sur le tout jeune et très prometteur blog Artskills. Encore une fois, j’ai reçu un mail, signé Thomas (amka), daté du 27 mars et qui me présentait le shop en ligne et le blog dont il est le fondateur. A noter que c’est Artskills qui s’occupe de l’article du samedi (illustration) pour le Selector.
Je vous invite à découvrir ces 2 sites qui trouvent naturellement leur place dans les liens de la technobiosphere. Tout comme Spiritvibes, le portfolio de Thomas. Et si vous l’aviez oublié, je vous rappelle que le blog de regarde.org, fondé et tenu par Pierrick, vaut véritablement le détour.

#média

Balenciaga bindings

Nicolas, le 22 avr 2007

balenciaga Fall 07

Si le blog the Cool Hunter, où j’ai trouvé ce sujet, imagine que cette chaussure pourrait être le résultat d’une forte influence Lego sur la collection automne 07 de Balenciaga, je trouve, pour ma part, qu’il y a plutôt une très grande ressemblance avec des fixations souples de snowboard (bindings en anglais). En tout cas, le résultat est pour le moins déroutant : je n’arrive pas à dire si j’aime ou pas.

Si jamais vous ne savez pas à quoi ressemble des fix de snowboard, rendez-vous dans la suite de l’article.
(suite…)

#subjectif

Bureau du samedi

Nicolas, le 21 avr 2007

bureau du samedi

On est samedi et comme tous les samedi matins, je suis dans mon « bureau du samedi ».
J’ai la chance, dans mon nouvel appartement, d’avoir une pièce rien qu’à moi. Un lieu où je décide de tout, je peux y faire et mettre ce que je veux. C’est mon « bureau ». Celui d’où j’écris, celui d’où je passe des heures à retoucher des photos, écrire des lignes de codes, dessiner et écouter de la musique.
Comme son équivalent de la semaine, dans la société pour laquelle je travaille, j’aime qu’il soit bien rangé.
Vous pourrez apercevoir sur ce bureau, les satellites JBL Creature II (le caisson de basse est à mes pieds), un téléphone de maison Panasonic quasiment identique à celui que j’avais au Japon, une petite figurine égyptienne, malheureusement cachée par le gros Canon EOS D400 version « Pimp my Cam », un iPod vidéo en perpétuelle synchronisation, un iPod G3 qui me sert plus que de disque dur mobile, un disque dur externe, pour le stockage des photos, surmonté de la seule figurine de japanime qui a le privilège de trôner sur mon bureau (les autres sont dans une bibliothèque, dans mon dos), il s’agit de Meg, du dessin animé Angel Burst (plus de photos sur flickr). Pour finir, un Macbook Pro 15″ qui me suit partout, une Mighty Mouse bluetooth (dont je vous ai promis le test) et une palette graphique Wacom.
Voilà, vous savez maintenant d’où se construisent technobiosphere, maximum GT et ganbarimasu !.
Le temps est magnifique dehors, il est grand temps de rejoindre Fabrice et d’aller taquiner la balle de golf sur les greens fraichement tondus.
(suite…)

#blog #subjectif

Cinéma, cinéma

Nicolas, le 20 avr 2007

Les oubliées de Juarez

Décidément, avec la reprise des « hostilités » au boulot, il m’a été difficile de tenir le rythme d’écriture que je m’étais moi-même fixé.
Lorsque les semaines passent plus vite que des journées et que mes journées passent plus vite que des heures, je constate un phénomène étrange : j’ai une envie subite et quasi maladive d’aller au cinéma. Alors quels sont les films qui sont susceptibles de m’attirer dans une salle sombre alors que nos journées de printemps ressemblent à celles d’un mois de juillet ?

SunshineTout d’abord, Sunshine, film de Danny Boyle. qui, ne serait-ce que parce qu’il est signé par celui qui nous a offert Trainspotting et 28 Days Later, vaut le détour. Imaginez : le soleil se meurt en 2057 et l’humanité est au bord de l’abime. Un engin spatial est envoyé sur l’orbite solaire pour faire exploser une bombe nucléaire afin de faire « redémarrer » le soleil. Mais suite à quelques « problèmes » l’équipage salvateur devra lutter pour sa propre survie. Rien qu’un scénario comme ça vaut le détour.

Le Come BackLe Come Back sera certainement l’archétype de la comédie romantique à l’eau de rose qui ennuie les mâles adolescents. Hugh Grant dans une comédie romantique, ça marche à tous les coups avec moi : ma part de féminité qui sommeille doit être programmée pour se réveiller à ce moment précis. Un chanteur has been, campé par le flegmatique Hugh Grant, a une chance de revenir sur le devant de la scène, ce qui nous entrainera, à n’en point douter, dans un film fort proche des Love Actually et autre Coups de Foudre à Nothing Hill. Une merveille printanière incontournable.

Les Oubliées de JuarezLes Oubliées de Juarez avec Jennifer Lopez en tête d’affiche. J’ai croisé l’affiche de ce film dans le métro. Je ne sais pas ce qu’il vaut. Les films dans lesquels on peut voir la magnifique chanteuse ne m’ont jamais laissé un souvenir impérissable. Mais ce qui me pousse à aller voir ce film, outre l’histoire d’enquête journalistique sur fond de corruption mexicaine, c’est un détail tout bête, purement subjectif qui vient de l’affiche uniquement : Jennifer Lopez, très belle femme, munie d’un reflex APN pro à la main, le regard sérieux/inquiet/préoccupé tourné vers le lointain, peut être vu comme un certain « fantasme » pour le photographe amateur que je suis et qui, sous l’influence de Depardon et autres photo reporters de chez Magnum, rêvait de partir sur les routes pour dévoiler aux yeux de tous les mystères du monde.

Bonnes séances :)

#culture

V3 confirmée

Nicolas, le 16 avr 2007

SpringWidget

C’est à l’occasion de l’extinction de ma 31ème bougie que je me suis enfin décidé à rendre actif ce nouveau template. Pour celui-ci, j’ai voulu un certain « retour aux sources » du blog en gardant une hiérarchisation chronologique de l’information avec un côté visuel allégé pour privilégier le contenu éditorial. A noter que si la bannière est absente actuellement, ce n’est pas définitif : je n’ai juste pas encore réussi à me décider sur ce que j’allais en faire. Les commentaires sont laissés en homepage, mais sous forme d’aperçus, pour éviter de trop charger la lecture.
Au chapitre des nouveautés, je vous invite à découvrir les widgets RSS fournis par SpringWidgets (merci Christophe)que vous trouverez dans la page Goodies de ce blog. Ces widgets vont vous permettre de suivre le flux RSS, de l’inclure sur votre bureau, sur une page web ou sur votre blog. 3 de ces widgets sont disponibles : un pour la technobiosphère, un pour Maximum GT et un pour Ganbarimasu !. Ce dernier blog ne paye pas de mine, je l’ai créé dans le but de reprendre mes fondamentaux en japonais pour éviter de perdre trop rapidement mon niveau, et pourquoi pas, partager avec vous ces quelques connaissances linguistiques. Ce blog devrait être mis à jour de manière hebdomadaire en rappelant les principes de bases de la grammaire et du vocabulaire du japonais.
Dès demain, retour à la ligne éditoriale avec toujours plus de contenu « exclusif » et toujours moins de « copié-collé du web » pour faire de la technobiosphère un blog toujours plus unique. Je vous souhaite une bonne lecture et merci à tous les lecteurs fidèles.

#blog

Tokyo Express

Nicolas, le 13 avr 2007

Tokyo Express - Seicho Matsumoto

Amateurs de romans policiers chirurgicaux, où rien n’est laissé au hasard, ou tout est intiment lié à la réalité, vous allez adorer Tokyo Express de Seicho Matsumoto.
L’intrigue tourne autour d’un double suicide amoureux apparemment très « classique », mais le minutieux inspecteur Mihara ne se satisfait pas de cette conclusion, alerté par d’infimes détails, et se retrouve petit à petit dans un sac de noeuds digne des plus grandes énigmes policière.
Un roman fabuleux qui se lit d’une traite et qui marque définitivement l’histoire du polar japonais.

#lectures

Yesterday Once More

Nicolas, le 12 avr 2007

Yesterday Once More

Cette comédie dramatico-romantico-policière, signée Johnnie To avec, dans les rôles principaux, Andy Lau et Sammi Cheng, nous entraine dans un jeu de chat et de souris que se livre un couple de voleur. Comme un exercice de style évoquant les comédies des années 60-70, ce film impose un rythme endiablé qui nécessite une grande attention de la part du spectateur qui risque de passer à côté du scénario peut-être un peu trop alambiqué. Il n’empêche qu’il reste un film des plus attrayants qui nous fera découvrir un Hong-Kong luxueux très loin de celui familier des films de mafia ou de gangster. Un air de dolce vita au dénouement inattendu qui vaut à coup sûr le détour.

Trouver Yesterday Once More, dans la collection Asian Star, collection dirigée par Jean-Pierre Dionnet.

#culture