Ne m'appelez plus blog !

Nicolas, le 22 sept 2008

no blog

En cette journée de beau temps typique du mois de septembre parisien, je me retrouve à la terrasse d’un café pour partager quelques boissons fraîches avec un ami et collègue de travail.

Dans le fil de la conversation, je lance : « faut que je te parle d’un projet, je voudrais lancer un … » et là, j’hésite. Que se passe-t-il ? J’ai du mal à sortir le mot « blog ». Après tant d’années (plus de 5) durant lesquelles j’ai assumé mon statut de blogger, en tirant parfois même de la fierté, lui devant également mon travail actuel, après tant d’années, voilà que le mot m’écorche la bouche.

Je dois me rendre à ce constat terrible : le blog est passé. Trop entendu, trop galvaudé, trop souvent synonyme de projet avorté, d’accessoire média bas de gamme.

Va-t-il falloir le faire renaître de ses cendres sous un autre nom ? Dans ce cas-là, quel sera-t-il ?

Ceci étant dit, je ne mets pas en cause le travail de qualité de nombreux bloggers de part le monde. C’est juste l’expression qui ne va plus.

Quel est l’impact d’un tel constat sur le web market ? Aucun, pour l’instant, ni même pour les années à venir. Le temps que ce ras-le-bol se généralise, y a encore de quoi faire.

Mais mon projet n’est pas de lancer un blog, mais plutôt un magazine online… j’aurais envie de dire un « fanzine »… oui, un « fanzine », ça fait old school. Et le old school à la cote en ce moment.

#média

N'achetez pas un iPhone

Nicolas, le 17 sept 2008

ipone in a blender

Laissez-moi vous conter une histoire :

Apple et Orange lancent le iPhone, premier du nom, en France avec son lot de fanfare et de soirée hype avec leaders d’opinion intégrés. Parmi ceux-ci, Phil et Jean-Seb (celui de frenchiphone.com). Les 2 compères ont la chance de repartir avec un iPhone tout propre tout neuf sous le bras.
A la sortie de la version 3G, Phil se précipite sur celui-ci (en bon geek qu’il est) et décide de prouver une fois de plus qu’il est un mec bien : il me donne son iPhone (première génération) en me disant que puisqu’il l’a eu gratuitement et qu’il m’aime bien, il me le donne, et quand j’en voudrai plus, il faudra que je le donne à mon tour. Quelle âme chevaleresque dont je salue le geste (pas seulement parce que j’en suis le bénéficiaire). Le hic, c’est que je suis sous SFR et que j’ai fait la connerie de me réengager quelques jours auparavant pour une saleté de Viewty (je vous dirai prochainement pourquoi je vous dis ça).
Pas de problème, Phil me dit qu’il va demander à Orange de le désimlocker puisque ça fait plus de 6 mois qu’il l’utilise. Vive la légalité, je vais bénéficier d’un iPhone tout légal.
Et bien, non !
Orange et Apple estiment que comme le iPhone n’a pas été acheté, ils n’ont aucune raison de le désimlocker ! Quand on ne compte plus les mac et les iPod achetés et qu’on a 2 lignes chez Orange, ça fait un peu mal d’entendre ça.
Et ben, c’est gagné, je vais jailbreaker tout ça et on en parlera plus !

[Edit depuis mon iPhone] : Après de nombreuses tentatives, mon iPhone est désormais jailbreaké et désimlocké. Merci à Olivier pour son tutoriel et son aide.

#hightech #subjectif

N'achetez pas un mac !

Nicolas, le 06 sept 2008

le macbook de Nicolas

Non, ne switchez pas ! Je dirais même « switch back ! ».
Réfléchissez juste 2 minutes :
– pour le prix d’un ordinateur Apple, vous pouvez acheter 3 ordinateurs équivalents chez Dell.
– Le Mac est trop cher surtout depuis que l’architecture est la même que celle d’un PC.
– On peut y installer Windows, même payer encore plus parce qu’il n’est pas livré.
– Vous ne pourrez pas utiliser toutes les fonctions de MSN messenger, ni même les vidéos à DRM Windows Média Vidéo.
– Apple est une dictature fasciste qui impose sa façon de penser en se moquant éperdument du consommateur. Si on ne veut pas utiliser les logiciel maison, c’est la galère.
– Avoir un mac ne donne plus à son possesseur l’image branchouille comme c’était le cas « avant ». N’importe quel consommateur d’iPod ou d’iPhone se met à acheter un Mac.
– Un Mac n’est pas aussi facile à utiliser qu’un iPod. Il faut changer complètement ses habitudes.
– Depuis qu’Apple vend des ordinateurs, des iPods et des iPhones à la pelleteuse, leurs produits ont perdu en stabilité et ça devient un gros n’importe quoi.

Alors, n’achetez pas un Mac, n’achetez plus Apple… laissez les macusers entre eux, laissez-les avec leur discours de fanatiques allumés ! Laissez Apple revenir à 2% de part de marché…

EDIT : Même Jerry Seinfeld a lâché Apple, dont il était un fidèle durant les décennies passées, pour tourner une pub pour Microsoft (montant du contrat : 10 000 000 $).

#blog #subjectif

Slipknot – All Hope is Gone

Nicolas, le 01 sept 2008

Slipknot - All Hope is Gone

Il y a des tas de sujets sur lesquels j’aimerais pondre un petit texte de temps en temps, mais je suis souvent freiné par le manque d’assurance et/ou le manque de connaissance sur le sujet en question.
Grosso modo, si je ne suis pas totalement sûr de ce dont je vais « parler », je m’autocensure. Ce qui parfois n’est même pas suffisant eu égard à certaines erreurs que j’ai pu raconter ici (merci aux commentateurs qui généralement rectifient la vérité dans la bonne humeur).
Voilà qu’en lisant un article dans le quotidien gratuit, je me dis que certains pigistes devraient s’appliquer les mêmes règles drastiques ce qui éviterait qu’un sujet tout à fait honorable ne se transforme en un texte à la limite du ridicule.

« Le groupe américain (Slipknot, donc), […], a longtemps traîné une image de Barnum metal pas très sérieux, chacun de ses neuf membres portant masque et uniforme au cours de shows pour le moins chaotiques. A tort »
Tellement à tort que la volonté de se produire masqué, durant les concerts, mais également interviews, vidéos et photos, a été justifié par la volonté de focaliser l’attention sur la musique et non sur les personnalités des différents membres. Bien sûr, on veut envisager le coup marketing, mais là, c’est un peu du déjà-vu… ce n’est pas le premier groupe à vouloir être « incognito » (Daft Punk, ça vous dit quelque chose ?)… « au cours de show pour le moins chaotiques »… là, c’est sûr qu’on est loin des chorégraphie de Madonna, mais c’est un peu le type de musique qui veut ça, non ? Slipknot ne brillera pas pour son originalité en terme de chaos sur scène, c’est le même bordel pour tous les autres !
« Mais la botte secrète de Slipknot, c’est son surprenant chanteur Corey Taylor. »
C’est aussi, Joey Jordisson, batteur irréel, c’est aussi son DJ, ces 2 percussionnistes… en gros, c’est une formation de 9 membres aussi talentueux qu’éclectiques, ce qui assez rare pour les groupes de très énervés.
« Elevé (Corey Taylor) dans une caravane par une mère célibataire sans le sou, ce solide gaillard tatoué de la tête aux pieds a popularisé un style vocal alternant couplets brutaux et refrains mélodiques, désormais copié par tous les hurleurs du genre. »
S’il avait eu un beau-père alcoolique, chômeur et à barbe, et si sa mère avait été strip teaseuse, Rob Zombie en aurait fait un film. Et puis qu’est ce qu’on en a à faire de son enfance ? D’autant qu’il a dû écouter les nombreux albums de Pantera et de Fear Factory, dont les chanteurs respectifs, Phil Anselmo et Burton C. Bell, ont, parmi d’autres, effectivement popularisé ce style vocal alternant brutalité et mélodie savamment maîtrisée. Corey Taylor, avec tout son talent, a su intelligemment copier ce style (doit on parler de copie ?).
Je vous passe les détails à la limite de l’inintéressant sur la pochette de l’album pour arriver à la conclusion de l’article : « Du lourd, mais avec la manière. » Ouch ! Voilà qui résume bien le… vide.

L’article partiellement sus-cité est paru dans Métro du 01/09/08 et est signé par J.V. qui aurait effectivement dû y aller avant d’écrire ces lignes… c’est pas drôle, mais tant pis !

L’album All Hope is Gone de Slipknot, le 4ème du groupe, s’est vendu à 250 000 exemplaires aux US en moins d’une semaine. A titre de mauvaise comparaison, mais ça me fait rire, Carla Bruni en a « réellement » vendu 80 657 en 7 semaines (contre les 160 000 annoncés officiellement).

Sur ce, je vais écouter cet album de Slipknot en espérant vibrer autant qu’à l’écoute de Everything Ends et The Heretic Anthem de l’album Iowa ou de The Nameless sur l’album Vol. 3: The Subliminal Verses… entre autres.

#média #musique