Coder pour le plaisir ? Alexandre Astier et ses iPad

Nicolas, le 31 jan 2011


Crédit photo : Korben

Comme le prouve cette vidéo, trouvée alors que je cherchais de l’information sur le code Objective C pour m’amuser en codant pour l’iPhone, l’iPod touch ou l’iPad, je ne suis pas le seul à « m’aérer l’esprit » en tapant de la ligne. C’est également le cas d’Alexandre Astier qui s’enfonce encore un peu plus dans son rôle de geek à la française.

#culture #sciences

Nomad Brush

Nicolas, le 19 jan 2011

Nomad Brush for the iPad from Don Lee on Vimeo.

Une petite info, en passant et pour éviter d’épiloguer sur l’état de santé de Steve Jobs, des plus poétiques, à mon avis.
Voici des pinceaux créés par Don Lee qui permettent, à l’aide de poils conducteurs, de peindre sur iPad via n’importe quelle application de dessin. Le résultat est saisissant.
Je vous laisse seuls juges.

via Cult of Mac

#Apple #design

Doctor Who

Nicolas, le 18 jan 2011

« Knock, knock!
-Who’s there ?
-The Doctor.
-The Doctor who ?
-Doctor Who! »

Bon, ok, la blague est douteuse et facile. Mais si je ne la faisais pas maintenant, je vois pas quand j’aurais pu la faire.
Profitant de mon premier week-end « normal » depuis un bon mois, je me suis décidé à commencer à regarder cette série incontournable pour tout amateur de science fiction.
Pour replacer rapidement dans le contexte, le Docteur voyage dans le temps résolvant des situations plus tordues les unes que les autres et ce, depuis 26 saisons. Ce qui donne au Docteur Who les records du monde du spectacle de science fiction le plus long de l’histoire, et de celui qui a remporté le plus de succès.
Déjà 11 acteurs ont incarné le docteur, la série évoluant avec son époque de diffusion.

Soyons clair, je n’ai pas pris la série à son début. J’ai commencé avec la diffusion en 2005. Ce qui me laisse au moins 5 saisons à regarder.
Typiquement anglaise, voguant entre le sérieux et le décalage de ton, cette série n’est pas sans me rappeler The Avenger (Chapeau Melon et Bottes de Cuir) avec ses touches de surnaturel et surréalisme.
Mes premières impressions après 4 épisodes : les intrigues sont bien ficelées, les acteurs sont attachants, le ton et les effets spéciaux donnent un côté délicieusement anglo-kitch qui change de l’aspect systématiquement sérieux et grave des cousins américains.
J’adhère et je vais continuer à accompagner le Docteur dans ses voyages pendant quelques temps.
Doctor Who est diffusé par la BBC depuis 1963. Les français pourront regarder la série sur France 4.

Pour en savoir plus.

#culture

Loreo – Lens in a Cap

Nicolas, le 14 jan 2011

Pas de voyage au Japon sans un minimum d’achat high tech / photo !
Pas de caprices consuméristes, mais plutôt l’occasion de trouver ce qui est rare, voire inexistant en France.
Cette fois-ci, comme nous avions effectué un gros achat high tech avant de partir (le 7D), nous nous sommes contentés de petits accessoires pas chers et « utiles » : un pare-soleil et un capuchon de remplacement pour le Tamron, une sangle confortable pour le 7D, un nouveau caoutchouc d’oeilleton pour le 400D et… un LOREO – LENS IN A CAP.

C’est bien entendu de ce dernier dont je veux vous parler. Pour environs 20 euros, le principe est simple : tout en remplaçant le capuchon de boitier du reflex, le Lens in a Cap offre une lentille plastique et différentes ouverture faisant office d’objectif rudimentaire.
D’une focale de 50 mm (équiv. 24/36) et utilisable uniquement en manuel, on sélectionne l’ouverture à la main sur l’objectif (de f:5.6 à f:64), la vitesse et les ISO se régleront sur le boitier afin d’obtenir l’équilibre nécessaire à une photo correctement exposée. Il n’est, bien entendu, pas question de mise au point : elle se fait sur l’infini.
Voilà de quoi recréer les conditions les plus proches possibles des compacts mythiques de piètre qualité de fabrication que sont les Lomo, Holga et autres Polaroid bas de gamme.
Pour aller au bout des choses, il faudra rajouter un peu de vignettage et d’aberrations chromatiques en post production.
Je vous laisse quelques clichés pour juger de rapides tests que j’ai effectués à la volée.

Petite question qui amène un post ultérieur : Flickr ou Picasa ?

#photos #tests

Un an en Norvège, la magie du timelapse

Nicolas, le 13 jan 2011

One year in 2 minutes from Eirik Solheim on Vimeo.

Une petite pensée pour mon pote Mathias en voyant cette vidéo. Ce sudiste amateur de bonne boufffe s’est exilé il y a quelques années en Norvège, à Trondheim, pour le boulot. Il travaille dans le pétrole. Mais comment lui en vouloir ? Je fais bien du marketing, moi. Mathias n’est plus à Trodheim, il est à Bergen maintenant. Mais peu importe, la vision de se timelapse d’un an en vidéo m’a bien sûr fait penser à lui.
J’espère que vous apprécierez ces 17 000 images enchaînées et si vous souhaitez plus d’information sur la réalisation, n’hésitez pas à vous rendre sur le site de Eirik Solheim qui en est l’auteur. Ca vaut le détour.

D’ailleurs, si David (qui sort son 4ème bouquin) voulait bien faire la même chose au Japon, ce serait intéressant de comparer !

via Boing Boing

#photos #vidéos

The Social Network

Nicolas, le 12 jan 2011

Je vous ai parlé de sa bande annonce composée par Trent Reznor et Atticus Ross dans un billet précédent, il était logique que je m’exprime sur le film, même tardivement.
J’ai été ravi d’avoir été invité à le voir en avant première dans le cadre de mon boulot, car je me connais, je ne serais pas allé au cinéma pour ça.
Pour la faire courte, j’ai aimé ce film. Parfaite réussite d’un mélange judicieux entre bande sonore, image et scénario. Réalisé par David Fincher a qui l’on doit que des bons films (le seul que je n’ai pas vu est Benjamin Button) comme Alien3, Zodiac, Fight Club… avec au casting, Jesse Eisenberg déjà très bon dans Zombieland, Justin Timberlake qui se défend très bien et Brenda Song (que je connais parce que j’ai une fille qui regarde Disney Channel).
Ce film nous illustre la quasi véritable mise en place du phénomène Facebook, même si la chronologie me semble parfois un peu inexacte (entre autres le moment où Thefacebook est devenu Facebook). Mais l’avantage de ce film est qu’il pourra captiver le non geek et le non facebook user. Tout simplement parce qu’il nous offre une intrigue bien scénarisée qui répondra à ceux qui se demande qui est ce Mark Zuckerberg, homme de l’année 2010 pour Time Magazine.
A voir, donc… Ma femme et ma fille aînée qui ont profité du vol Séoul-Paris pour le voir n’ont pas été déçues. Ma fille l’a d’ailleurs vu 2 fois de suite… mais là, c’est un mystère pour moi.

#culture

明けましておめでとうございます。

Nicolas, le 11 jan 2011

…Ou en d’autres termes, Bonne Année !

Au menu de cette nouvelle année, tout un tas de résolutions motivées par un pèlerinage hivernal de 3 semaines dans le nord du Japon pour rendre visite à ma belle famille avec femme et enfants.
-30° et tempête de neige continue, pas de connexion web… ça donne à réfléchir. Ca pousse à l’introspection.
Pour résumer, mais j’y reviendrai, un très agréable séjour vraiment dépaysant. Faut dire que ça faisait 2 ans et demi qu’on était pas « revenu au pays » et mes beaux parents n’avaient pas eu l’occasion de rencontrer leur dernière petite fille. Ils n’ont pas été déçus !

#subjectif