Stone Sour (le cocktail)

Nicolas, le 14 août 2012

Stone sour cocktail

Pour faire un bon Stone Sour, vous prenez les numéro 8 et 4 de Slipknot, vous mixez bien avec 3 autres zicos qui envoient du bois et vous obtenez Stone Sour.

Si c’est le cocktail qui vous intéresse, ce sera plutôt une dose de Whisky, une dose de cour mix et une dose de jus d’orange. 5 cl de chaque devrait faire l’affaire. On mixe le tout dans un shaker avec des glaçons et on déguste.
Pour faire du sour mix, il faut 5 doses de jus de citron, 4 doses de sucre liquide et 1 dose de blanc d’oeuf. Avec la dose à 10cl, on obtient un litre de sour mix à boire en 2 jours en le conservant au réfrigérateur. Ce qui ne semble pas une mission impossible. Le blanc d’oeuf est facultatif, il ajoutera néanmoins de l’onctuosité à votre cocktail.

Petit conseil personnel : utilisez du Jack Daniel’s, votre cocktail n’en sera que meilleur.
Petit conseil personnel (bis) : vous pouvez également virer le jus d’orange (ça peut rendre malade) et obtenir un cocktail plus sec et très rafraîchissant. La paire de photos ci-dessus montre un Stone Sour dépourvu de jus d’orange (qu’on appelle Whisky Sour), à gauche sans blanc d’oeuf, à droite avec.

Les 2 sont bons, même si celui avec blanc d’oeuf a ma préférence.

#hack it yourself

Mondo Sex Head

Nicolas, le 12 août 2012

Mondo sex head

Rob Zombie a un problème.
Il peut être difficile de contenter ses fans lorsqu’on est multi-carte (ou casquette), que l’on est en train de réaliser un film (Lords of Salem), que l’on doit gérer sa communauté sur plusieurs réseaux sociaux et qu’on l’on doit assurer des tournées pour payer le bifteck.
Que faire ? Ne pas sortir d’album pendant un certain temps et revenir en prétextant quelques introspections ? Non, ce n’est pas le genre de l’hyper actif Rob qui préfère, après le best of Icon sorti en 2010, nous proposer un album de Remixes.
La contre plongée de l’arrière train de Sherry Moon Zombie sur la pochette de ce Mondo Sex Head ne surprendra personne (Rob bosse toujours en « famille »). Alors que l’écoute de cet album énervera profondément les fans du métal industriel gras et lourd typique de Zombie : allergiques aux rythmes de house techno classiques des remixes Metal bas de gamme ? Passez votre chemin, vous allez saigner des oreilles !
Car il s’agit bien de ça. Un album de remises faciles sans réel intérêt. Dans l’exercice de style, je préfère le boulot de Fear Factory (Remanufacture, par exemple) ou celui de Linkin Park (Reanimation ou Collision Course). On ne pourra même pas saluer une quelconque prise de risque en ce qui concerne la playlist car on retrouve les classiques de Rob post White Zombie.

Dis, Rob, entre hommes, après le caca commercial de Halloween 2 au cinéma et cette galette techno pour amateurs de tuning de mobylettes, ton prochain film a intérêt à sévèrement assurer. Sinon… je tourne les talons ! Parce que ma patience à ses limites.

#musique

Super triste histoire d’amour de Gary Shteyngart – écrit par Michel Hennin

Nicolas, le 09 août 2012

Durant l’été, mes lectures sont plus légères et dérisoires ! J’entasse donc au printemps quelques romans qui me permettront de profiter pleinement de la plage.

Après avoir lu Absurdistan de Shteyngart il y a quatre ou cinq ans, je savais que la lecture de son dernier roman serait jubilatoire et je ne fus pas déçu. Cet auteur manie l’ironie et l’humour avec un plaisir non dissimulé et permet ainsi aux lecteurs de dévorer ces pages avec gourmandise et délectation.

Cette satire est si actuelle qu’il serait souhaitable que nos dirigeants estivants de la cote varoise la lisent afin de prendre un recul salvateur !

Si vous recherchez un roman drôle et tout aussi émouvant, n’hésitez plus et achetez le vite en librairie ou sur votre Kindle.

#lectures