Projet Educ-hacktion : Mon Alphabet

Nicolas, le 10 mar 2014

7513051848_9a6ef2feb8_o
Crédit photo : Switched On Tech Design

En périphérie de mon projet HappyStudi.es, plateforme de communication scolaire pour les élèves, j’échange beaucoup sur la question de la place du numérique et de l’informatique auprès de nos chères petites têtes dans le cadre de leur éducation. Parmi mes interlocuteurs, une personne extra : Serge Selvestrel. L’instituteur de ma fille cadette.
Je ne vais pas rentrer ici dans les détails de nos discussions et réflexions car ce serait trop long et ce sera l’objet d’un autre article.
Mais au grès de toutes ces conversations, Serge m’a un jour demandé si je connaissais un plugin ou une petite application qui permettrait aux enfants de faire leur propre police d’écriture pour Word, à partir de leurs dessins de lettres (les enfants en question sont en moyenne section de maternelle).

Qu’à cela ne tienne ! L’idée est géniale, concrétisons-la.
Le principe : Un banc de montage permet aux enfants de photographier chacune des lettres de l’alphabet dessinées sur une feuille de papier. Ce cliché numérique est ensuite chargé dans une petite application, que nous devons créer, qui associera l’image à une lettre. Ensuite, un éditeur de texte simple permettra de composer les mots, les phrases en affichant directement les lettres dessinées par l’enfant. On pourra ensuite sauvegarder le texte sous forme de PDF et/ou l’imprimer.

Pendant que l’application est codée par Rui (en utilisant Qt), je collecte des informations sur comment créer le banc de montage (on trouve tout ce qu’on veut sur WikiHow.
Petit à petit, alors que j’étais parti sur l’idée d’un appareil photo numérique et d’un ordinateur séparé, je me dis qu’il y a peut être plus simple et plus efficace en terme d’installation. Et surtout, un moyen d’avoir un minimum de pré-requis en terme de matériel (tout le monde n’a pas forcément un ordi et un APN à disposition).
C’est la rencontre avec Valentin Squirelo et ses explications sur le projet Upstagram qui m’a donné l’idée de monter l’ensemble « prise de vue/application » en se basant sur un Rasperry Pi.
Donc, un module de prise de vue (webcam/APN), connecté au Raspberry Pi, l’application qui prend les clichés, les optimises et les utilise dans l’éditeur, le tout sous Linux, un écran et un clavier pour piloter le tout. Voilà qui devrait tourner sans trop de difficulté, représenter un vrai projet dans lequel on peut impliquer les enfants du montage du banc de reproduction à la réalisation de leurs propres proses, le tout pour un budget limité.

Je vous tiens au courant de l’avancée concrète.

#hack it yourself #hightech

Numa

Nicolas, le 07 mar 2014

numa1

Voilà plus de deux semaines, maintenant, que mon nomadisme compte une nouveau point de chute.
Numa.

Situé au 39 rue du Caire, à Paris, Numa est un lieu ouvert à tous (au rez-de-chaussée) où il suffit d’arriver suffisamment tôt pour trouver une place et poser son ordinateur. Le Wifi est gratuit et rapide. L’ambiance est plutôt bonne, tantôt très studieuse (le matin), tantôt animée d’un joyeux brouhaha (l’après-midi).
Pour ceux qui veulent la sécurité de la place et un calme absolu, il y a toujours l’option des postes du premier étage, à 15 euros la journée (soir 300 euros/mois, ce qui est dans la moyenne des postes en co-working à Paris).
En montant dans les étages, on découvrira des zones réservées à des expériences, des startups en phase d’accélération, des salles de réunion (qu’on peut réserver également) et une petite salle réservé à Orange.

numa3

Les gens sont globalement sympathiques et hétéroclites. Des (plus ou moins) jeunes loups qui sont à la recherche du nouveau coup sur internet, des freelances rookies un peu paumés, des nerds à peine sortis de l’école, des vieux briscards du web qui connaissent tout-et-tous et partagent volontiers leurs anecdotes autour d’un café.
Si on tend l’oreille, on prendra connaissance de projets intéressants, et si on fait l’effort de communiquer un peu, on trouvera vite et facilement tout un tas d’info qui pourra donner un bon coup d’accélérateur à votre propre projet.

numa2

Côté intendance, le tarif des consommations sont plus que raisonnables, surtout pour un plat du jour équilibré, de qualité et varié (6 ou 9 euros). Des sandwiches et les boissons classiques du Coca au café. De quoi faire un festin pour moins de 10 euros. Au comptoir ou devant son ordi.

Alors, comme dit Phil Jeudy : « Bon Dieu, mais sors de ta chambre et va voir ce qui se passe dehors ! »
Ça vaut le coup.

#hack it yourself #subjectif