Un documentaire sur Aaron Swartz

Nicolas, le 14 nov 2013

Tout simplement impossible de ne pas connaître Aaron Swartz. Ou de ne pas connaître le fruit de son travail le plus fameux : le flux RSS (il participe à sa création à l’age de 14 ans), Reddit (qu’il co-fonde), le système Markdown, ses prises de position pour la défense de la liberté intellectuelle sur internet !
Aaron a également lutté contre PIPA (Protect IP Act) et SOPA (Stop Online Piracy Act) et s’est vu poursuivre en justice pour avoir téléchargé de manière massive des documents universitaires du MIT.
Il encourait 35 ans de prison ferme et une amende de 1 million de $. Pression insuportable, acharnement judiciaire, Aaron se suicide le 11 janvier dernier à l’age de 26 ans.

Le documentariste Brian Knappenberger, qui a signé We Are Legion : The Story of the Hacktivists (en 2102), s’est lancer dans la réalisation d’un documentaire sur Aaron Swartz à la demande d’amis et d’anciens collègues de ce dernier.
Un teaser est visible sur Youtube et le reste a été financé via Kickstarter.

Plus d’informations ici.

#culture #média

Avez-vous le savoir d’un nerd ?

Nicolas, le 31 oct 2013

En supplément de la série 50 things a geek should know, je vous propose un petit test proposé par le site Doghouse qui vise, cette fois-ci à mesurer votre niveau de nerditude.
A vous de jouer : saurez-vous retrouver à quoi tous ces symboles sont liés ? Si oui, vous gagnez le prix du nerd suprême !

Via Mashable

#culture

50 things a geek should know – 4/50

Nicolas, le 17 oct 2013

50 things a geek should know

Pour faire suite à une infographie postée sur le tumblr de The Next Web qui illustre les 50 points qu’un geek doit connaître (selon eux), je vous propose une petite cure de révision.

Quel mot ne peuvent supporter « les chevaliers qui disent Ni » ?

Je vois déjà ceux qui comprennent la question esquisser un sourire en se remémorant la scène, puis réaliser avec effroi qu’ils n’ont pas la moindre idée de la réponse, tandis que d’autres ce disent « mékessekecéquessa ?! ».
Commençons par replacer tout ça dans le contexte : nous sommes dans le film Monty Python and the Holy Grail, chef d’oeuvre du cinéma loufoque comme les Monty Python savaient le faire. Ce film est, comme vous pouvez vous en douter, une parodie du roi Arthur, des chevaliers de la table ronde et de la quête du Graal.

Durant leur quête pour trouver le Saint Graal, les chevaliers de Camelot rencontrent divers adversaires, dont « les chevaliers qui disent Ni » dont le rôle est de garder les mots sacrés « Ni », « Peng » et « Neee-Wom ». Ces chevaliers avisent Arthur qu’il doit accomplir un sacrifice s’il veut traverser la forêt vivant et éviter la répétition douloureuse du mot « Ni ». Ce sacrifice est un jardinet, joli, mais pas trop cher qu’Arthur doit fournir aux chevaliers qui disent Ni.
Le jardinet fourni aux terribles gardiens, voici que ces derniers refusent de laisser passer les chevaliers de la table ronde au prétexte qu’ils ne sont plus les gardiens du mot « Ni », mais du nouvellement du mot « Eki eki eki tapang zoo pang ». Arthur et consorts doivent dès lors trouver un autre jardinet, de l’arranger de manière complexe et… de couper l’arbre le plus haut de la forêt avec un hareng ! Voilà qui est insoutenable.
Mais ces vils chevaliers ont, parmi leurs particularités aussi étranges que drôles, de ne pouvoir supporter le mot « it » (traduction multiple en français). Mot prononcé à plusieurs reprises, sans le vouloir, par Arthur et Robin, ce qui sauvera la troupe.

Si ça ce n’est pas de la culture !

#culture #média #sciences

50 things a geek should know – 3/50

Nicolas, le 08 sept 2013

50 things a geek should know

Pour faire suite à une infographie postée sur le tumblr de The Next Web qui illustre les 50 points qu’un geek doit connaître (selon eux), je vous propose une petite cure de révision.

Comment fait-on le signe de la main « Longue vie et prospérité » ?

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de la série Star Trek. La première diffusion de la série à eu lieu le 8 septembre 1966 sur la chaîne NBC. Il n’y a donc pas de meilleure occasion pour apprendre (ou se souvenir de) comment réalise-t-on le signe de la main, utilisé par Spock et les vulcains d’une manière générale, pour souhaiter une longue vie et la prospérité.

Live long and prosper

Les vulcains utilisent ce signe de la main pour dire bonjour ou au revoir / adieu, accompagné par la phrase « Live long and prosper ». Pour réaliser ce signe, il faut unir le petit doigt et l’annulaire d’un côté, et l’index et le majeur de l’autre afin de constituer un « V », tandis que le pouce est détaché de la paume de la main. (comme sur la photo ci-dessus).

N’hésitez pas à dire au revoir à vos amis en fin de soirée arrosée en lançant un « Longue vie et prospérité ! » à la cantonade. L’effet sera assuré… et si jamais c’était déplacé, l’alcoolémie globale vous servira d’excuse.

Plus de détails dans l’article de Memory Alpha

#culture #média #sciences

50 things a geek should know – 2/50

Nicolas, le 23 août 2013

50 things a geek should know

Pour faire suite à une infographie postée sur le tumblr de The Next Web qui illustre les 50 points qu’un geek doit connaître (selon eux), je vous propose une petite cure de révision.

Combien y a-t-il de Stargates sur terre ?

Ce coup-ci, je dois avouer que j’ai dû chercher l’information car je n’ai jamais suivi la série Stargates. Pourquoi ? Manque de temps, la version française, l’acteur Richard Dean Anderson, le style trop « propre »… un peu de tout ça certainement.
Stargate, donc, série Américano-canadienne diffusée pendant 10 ans (’97-’07) aux US, en France, Belgique, Canada, Suisse… Série qui aligne 214 épisodes, 2 films, 3 séries dérivées, des jeux vidéos… pleins de fans !
Les Stargates sont donc des « portes des étoiles », ponts vers des destinations lointaines qui permettent au Stargate Command (SGC) d’aller visiter d’autres étoiles et planètes, faisant la connaissance de peuple plus ou moins sympathiques.
Alors, combien y a-t-il de Stargates sur terre ? Résumons un peu la situation car la réponse n’est pas précise et semble générer de la conversation.

Stargate

1. La porte égyptienne est trouvée à Giza.
2. La porte égyptienne est utilisée dans le film et la série jusqu’à l’épisode « Nemesis ».
3. La porte de l’Antarctique est trouvée dans « Solitudes », transportée vera la zone 51 pour être stockée.
4. Dans Nemesis, la porte égyptienne est transportée vers le vaisseau Asgard pour que le SG1 s’échappe et Ie tout s’écrase dans le Pacifique.
5. Le SGC récupère la porte stockée dans la zone 51 et l’utilise comme porte principale jusqu’à « Redemption ».
6. Les ruses trouvent la porte égyptienne dans l’océan pacifique, lancent leur propre programme Stargate mais se plantent.
7. Dans « Redemption », Anubis détruit la porte d’Antarctique (celle qui était stockée dans la zone 51…. vous suivez ?!)
8. Le SGC emprunte la porte des russes et l’utilise depuis.
Fin

La réponse est donc … 1 !

Et on dit un grand merci à PG15 du GateWorld Forum pour ces précisions

#culture #média #sciences

50 things a geek should know – 1/50

Nicolas, le 15 août 2013

50 things a geek should know

Pour faire suite à une infographie postée sur le tumblr de The Next Web qui illustre les 50 points qu’un geek doit connaître (selon eux), je vous propose une petite cure de révision.

Quelle est la différence entre un AT-AT et AT-ST ?

AT-AT

Issu de l’univers Star Wars, AT-AT signifie All Terrain Armored Transport. Un engin blindé de 22,5 mètres de haut connu également sous le nom de AT-AT walker ou Imperial Walker. Il est un élément majeur de l’armée impériale, le plus lourd et aussi le plus lent. A 60km/h, il se déplace sur ses 4 pattes et nécessite au moins 3 hommes pour le pilotage, transportant jusqu’à 40 personnes ou 1 tonne de fret.
En savoir plus : http://starwars.wikia.com/wiki/All_Terrain_Armored_Transport.

AT-ST

Toujours issu de Star Wars, le AT-ST est un All Terrain Scout Transport ou Chicken Walker à cause de son mode de motricité : 2 pattes aux articulations inversées, comme une poule. Son usage par l’Empire Galactic a commencé lors de la Guerre des Clônes. Beaucoup plus léger que le AT-AT, il file à 90 km/h, mesure 8,6 mètres de haut et transporte 2 personnes seulement. Il est essentiellement utilisé pour la reconnaissance et le combat contre des personnes.
En savoir plus : http://starwars.wikia.com/wiki/AT-ST

#culture #média #sciences

Indie Game The Movie

Nicolas, le 24 juin 2013

Indie Game The Movie

Il fallait bien ça pour terminer un week end en beauté et attaquer la semaine avec toute l’énergie qu’il se doit.

Regarder le documentaire Indie Game The Movie.
Un documentaire magnifique qui est un des premiers films à être produit grâce au financement participatif du site Kickstarter (2 campagnes réussies). Réalisé par Lisanne Pajot et James Swirsky, mis en musique par Jim Guthrie.

J’en fait peu la publicité, en tout cas ici, mais j’ai monté, avec un ami et ancien collègue maintenant associé, Stéphane, la société Quartr. C’était il y a 2 ans dans les cerveaux et un an et demi de manière officielle. Nous avions, et nous avons toujours des projets un peu fous en tête. Si la nécessité de générer de la trésorerie, avec une activité de prestataire en développement informatique et agence de communication online, nous freine dans le développement de ces projets, nous continuons à concrétiser, petit à petit, ce qui a été la naissance même de cette société. Nous ne sommes pas dans le jeu vidéo, plutôt dans l’applicatif online et mobile, mais à bien des égards, ce superbe documentaire sur l’univers du jeu vidéo indépendant me renvoie ce que nous vivons.

A la fois angoissant et pourtant plein d’espoir, il est toujours étrange d’avoir le sentiment de se regarder à travers les aventures des autres. Ce documentaire nous montre la naissance de 3 jeux vidéos qui sont devenus des hits du jeu indépendant : Super Meat Boy, FEZ et Braid. C’est beaucoup plus l’aventure humaine que l’on voit se dérouler, avec ses tentions, ses excitations, ses craintes et ses joies.
Et la fin, heureuse, donne envie de s’accrocher toujours plus, même si le prix à payer peut sembler parfois ahurissant.

Un documentaire primé au festival de Sundance, au SXSW et salué par le New York Times qui doit être vu absolument par toutes celles et ceux qui souhaitent se jeter dans un projet de startup, de développement de services, de jeux ou de logiciels. A voir également par celles et ceux qui entourent ces entrepreneurs pour comprendre ce que traversent ces derniers.

En savoir plus ou voir Indie Game The Movie.

#culture #média

The Killing

Nicolas, le 14 mai 2013

The Killing

Le « Previously on AMC’s The Killing » me change de « Previously on AMC’s The Walking Dead ».
Regardée sur le tard, puisque la 3ème saison va bientôt être diffusée, c’est avec un grand plaisir que je me suis plongé, lors de mes insomnies, dans la série The Killing, produite par AMC.
J’avais jeté un coup d’oeil sur le pilote au moment de sa « sortie » mais la quantité astronomique de pluie à l’écran avait dû me rebuter à l’époque. Parce que pour pleuvoir, je peux vous dire qu’il pleut dans cette série.
Se déroulant à Seattle, l’intrigue démarre sur une enquête policière autour du cadavre du jeune fille pour se transformer en complot politique. Les décors et le synopsis rappellent un peu Twin Peaks sans la dimension mysthico-déjantée propre à Lynch. Non, ici, l’histoire est danois, une série intitulée Forbrydelsen diffusée DR1. La version américaine est, quant à elle, développée par Veena Sud.
Le fait que ce soit une série danoise a son importance car si vous n’aimez pas ce style, que je trouve très proche des romans du suédois Henning Mankell, passez votre chemin. C’est particulier : assez sombre, visqueux, lourd, oppressant. On est plongé dans un environnement dur, voire hostile, où les personnages sont des dégradés de gris, loin du tout blanc ou tout noir. On se souviendra également du thriller Seven en se laissant embarqué, épisode par épisode tout au long des 2 premières saisons qui, de rebondissement en rebondissement, évite l’essoufflement.
Résultat, accroc, je me demande comment vais-je avoir la patience d’attendre les épisodes de la 3ème saison.

A noter que The Killing a été diffusée sur Paris Première en France.

#culture

Person of Interest, quand réalité rattrape la fiction

Nicolas, le 17 nov 2012

Person of interest 1112

A moins que ce soit l’inverse.

Vous souvenez-vous ? Je vous avez évoqué le parallèle entre la série Fringe de J.J. Abrams et une société développant des robots (Boston Dynamics vs. Massive Dynamic).
Cette fois-ci, c’est la lecture d’un article du journal Le Monde (Sandy dans l’oeil de Big Brother) évoquant le système de vidéo surveillance installé à New York, visant à anticiper les crimes, qui n’est pas sans me rappeler le concept de la série Person of Interest, toujours signée par J.J. Abrams : un système de surveillance surpuissant qui permet d’éviter les actes terroristes et les assassinats.
Alors sachez-le :

« You are being watched. The government has a secret system: a machine that spies on you every hour of every day. I know because I built it. I designed the machine to detect acts of terror, but it sees everything. Violent crimes involving ordinary people, people like you. Crimes the government considered irrelevant. They wouldn’t act, so I decided I would. But I needed a partner, someone with the skills to intervene. Hunted by the authorities, we work in secret. You’ll never find us, but victim or perpetrator, if your number’s up… we’ll find you ».

Y a de quoi réfléchir sérieusement ou devenir complètement parano !

#culture

Craigslist Joe

Nicolas, le 05 juil 2012

Craigslist Joe

Vivre 31 jours et nuits en comptant uniquement sur le site d’annonces Craigslist, c’est l’exploit qu’a réalisé Joseph Garner. Le tout mis en boite sous la forme d’un documentaire produit par Zach Galifianakis avec le titre Craigslist Joe.
Bien loin des problématiques des trous du c** de Pékin Express et, surtout, le comportement de beauf colonial en moins, Garner nous dévoilera son voyage périlleux à partir du 2 août sur grand écran.
Le trailer est alléchant.

#culture