La vidéo d’introduction en bourse de Twitter

Nicolas, le 01 nov 2013

Twitter se prépare à son introduction en bourse et, pour ce faire, propose un discours aux investisseurs en vidéo qui souligne le rôle qu’a joué le réseau social dans les événements historiques de ces dernières années comme le printemps arabe, la révolution en Egypte, la réélection d’Obama, l’attentat de Boston, etc.
Vidéo très intéressante !

Crédit photo

#média

Les 50 données que vous devez connaître à propos de la « tech scene ».

Nicolas, le 31 oct 2013

50 Powerful Statistics About Tech Mega Trends Affecting Every Business from Vala Afshar

Vala Afshar, CMO et CCO de la société Enterasys, a compilé 10 données statistiques pour chacune des 5 grandes familles de l’industrie technologique (mobile, social, cloud, big data et applications). Résultat, une mine d’or en 50 slides !
50 données que tout entrepreneur dans le domaine, tout acteur d’agence et autres consultants se doivent de connaître. Si vous vous trouvez en face d’une des personnes sus citées et que cette personne ne connait pas ces chiffres, alors vous savez que vous avez affaire à une baltringue !

Via The Next Web

#média

かぐや姫の物語 – Kaguya Hime no Monogatari – première bande annonce

Nicolas, le 30 oct 2013

Miyazaki Isao prend sa retraite, vous n’êtes pas sans le savoir. Mais les studios Ghibli lui survivent et Takahata Isao en montre le parfait exemple avec Kaguya Hime no Monogatari (trad.: Les contes de la Princesse Kaguya) qui sortira au Japon le 23 novembre prochain. Un nouveau dessin animé au style rappelant franchement le sumi-e, traitement également utilisé pour le jeu vidéo Okami comme vous pouvez le voir dans la première bande annonce ci-dessus.
Calmez votre impatience et profitez.

#média #vidéos

Mozilla Lightbeam – contre-espionnage en ligne

Nicolas, le 29 oct 2013

Vous ne vous êtes pas encore décidé à utiliser le navigateur Tor pour naviguer de manière parfaitement anonyme sur le web et vous souhaitez savoir qui observe votre navigation ? Le plug-in Mozilla Lightbeam, une extension gratuite pour le navigateur Firefox, fait le boulot en indiquant quelles sont les organisations tierces qui observent votre passage sur la toile. Il ne faut pas se leurrer, vous y trouverez majoritairement des régies publicitaires et des marques dont le souci est de vous profiler pour mieux vous atteindre avec la publicité.
Vous ne pourrez plus dire que vous n’étiez pas au courant après avoir téléchargé Lightbeam ici.

#hightech #média

Woz, à propos de l’iPad Air (double effet Kiss Cool inside)

Nicolas, le 28 oct 2013

La semaine dernière, Mashable rapportait :

Alors qu’il était dans l’avion lors de la dernière Keynote, Woz a envoyé un e-mail à son épouse pour la conjurer de ne pas lui acheter le iPad Air.
Steve Wozniak n’est pas content. Pas content que la nouvelle génération d’iPad n’offre pas plus de capacité de stockage. 128 Go, ce n’est pas assez pour celui qui transporte dans son iPad sa bibliothèque multimédia (si je faisais de même, j’attendrais un iPad de 2 To au bas mot, sigh !). La faute à la connexion interne bas débit qui équipe son domicile.
Car oui, Woz, le geek des geeks, n’a pas de connexion très haut débit. Il doit attendre lorsqu’il télécharge un film sur itunes. Il ne peut pas regarder ces films en streaming.

A noter que ce n’est pas la première fois qu’on nous rapporte que Woz a une attitude très critique à l’égard de son ancienne société.

Mais cette news vient alimenter le processus classique de la geekerie online, concernant les keynotes Apple, qui veut que :
1. on inonde en permanence le web de rumeurs plus moisies les unes que les autres.
2. on tease sur la date de l’événement.
3. on s’agglutine sur les flux relatant en temps réel les annonces pendant l’événement.
4. on inonde le web pendant 48 heures de tout le flot possible de dénigrement et de pseudo déception à propos de l’absence d’innovation d’Apple…
5. tout en se précipitant sur le store pour être le premier à avoir les nouveaux produits.

Et durant le week end, Woz a démenti avoir critiqué le dernier iPad. Il précise que cette nouvelle génération n’offre pas suffisamment de différence avec la précédente pour nécessiter un upgrade de sa part à peine un an après l’acquisition de son dernier iPad. Voilà tout. Dire qu’il est mécontent des nouveaux iPads est une déformation de ses propos, souligne-t-il.

Vous comprendrez aisément pourquoi, ces derniers temps, j’en viens à « couper le web » aux alentours des Keynotes pour éviter ce déballement de grand n’importe quoi par des internautes insatiables et des sites de news assoiffés de scoops.

Ahhh, il est loin le temps des Keynotes pre-iPhone (voire iPod…) !

#Apple #média

Le métro, le haut-lieu du non savoir-vivre

Nicolas, le 25 oct 2013

Depuis que je dois faire le VRP pour ma société, je me déplace beaucoup. Pas en vélo malheureusement, mais en métro. Le métro qui est un challenge permanent pour le claustrophobe / agoraphobe que je suis. Au delà de ces phobies que je contiens depuis maintenant 15 ans, depuis mon retour à Paris, en fait, il faut avouer qu’un certain nombre d’individus exagèrent particulièrement.
Du « quoi qui se passe je me comporte comme si j’étais tout seul sur une ile déserte » au « je me tiens n’importe comment parce que je suis trop cool » en passant par « je suis un homme un vrai voilà pourquoi je ne peux serrer mes jambes tellement j’en ai des grosses ».
Infernal ! Au point qu’un tumblr collecte les témoignages visuels de ces comportements de goujats. Un blog de Le Monde s’est également fait le relai de ces preuves que pas mal d’hommes en sont restés à des comportements néandertaliens qui établissent la supériorité à travers la gestuelle.
Peut-être que certains diront que les métros ne sont plus adaptés au gabarit des nouvelles générations, en hauteur et en largeur, c’est pas faux, mais ça n’excuse pas tout.

#média

Ghost 0.3

Nicolas, le 21 oct 2013

C’est avec grand plaisir que je teste le moteur de blog Ghost, initié par John O’Nolan, financé à hauteur de 320000$ via Kickstarter, qui a la particularité de tourner sous mode.js.
L’installation en est simplisme, surtout en local, et l’interface est très facile d’usage. Il faudra simplement, au novice, s’habituer au système Markdown, et encore, on peut très bien gérer avec quelques tags html basiques.
Parfait pour revenir au blogging pur et dur sans s’encombrer de multiples fonctionnalités qui dépassent largement l’usage du journal personnel en ligne et perdent les grands amateurs (mon père, par exemple).
Le seul inconvénient que je lui trouve vient du fait que l’usage du node.js est encore très rare chez les hébergeurs courants. Heureusement, nous avons installé quelques blogs sous Ghost sur les serveurs de Quartr et je m’amuse à voir jusqu’où je peux pousser l’outil en matière de template et autres scripts d’import de mon contenu WP vers Ghost. Y a de fortes chances pour que ce blog tourne prochainement avec ce nouveau moteur. Je vous tiendrai au courant.
Attention, Ghost est en version 0.3, ce qui signifie que le projet est encore tout jeune et qu’il est forcément limité et pas exempt de bugs. A bon entendeur…
Si vous êtes intéressés par un blog sous Ghost, n’hésitez pas à m’envoyer un message.

#blog #média

50 things a geek should know – 4/50

Nicolas, le 17 oct 2013

50 things a geek should know

Pour faire suite à une infographie postée sur le tumblr de The Next Web qui illustre les 50 points qu’un geek doit connaître (selon eux), je vous propose une petite cure de révision.

Quel mot ne peuvent supporter « les chevaliers qui disent Ni » ?

Je vois déjà ceux qui comprennent la question esquisser un sourire en se remémorant la scène, puis réaliser avec effroi qu’ils n’ont pas la moindre idée de la réponse, tandis que d’autres ce disent « mékessekecéquessa ?! ».
Commençons par replacer tout ça dans le contexte : nous sommes dans le film Monty Python and the Holy Grail, chef d’oeuvre du cinéma loufoque comme les Monty Python savaient le faire. Ce film est, comme vous pouvez vous en douter, une parodie du roi Arthur, des chevaliers de la table ronde et de la quête du Graal.

Durant leur quête pour trouver le Saint Graal, les chevaliers de Camelot rencontrent divers adversaires, dont « les chevaliers qui disent Ni » dont le rôle est de garder les mots sacrés « Ni », « Peng » et « Neee-Wom ». Ces chevaliers avisent Arthur qu’il doit accomplir un sacrifice s’il veut traverser la forêt vivant et éviter la répétition douloureuse du mot « Ni ». Ce sacrifice est un jardinet, joli, mais pas trop cher qu’Arthur doit fournir aux chevaliers qui disent Ni.
Le jardinet fourni aux terribles gardiens, voici que ces derniers refusent de laisser passer les chevaliers de la table ronde au prétexte qu’ils ne sont plus les gardiens du mot « Ni », mais du nouvellement du mot « Eki eki eki tapang zoo pang ». Arthur et consorts doivent dès lors trouver un autre jardinet, de l’arranger de manière complexe et… de couper l’arbre le plus haut de la forêt avec un hareng ! Voilà qui est insoutenable.
Mais ces vils chevaliers ont, parmi leurs particularités aussi étranges que drôles, de ne pouvoir supporter le mot « it » (traduction multiple en français). Mot prononcé à plusieurs reprises, sans le vouloir, par Arthur et Robin, ce qui sauvera la troupe.

Si ça ce n’est pas de la culture !

#culture #média #sciences

Full Screen Mario

Nicolas, le 16 oct 2013

Classique parmi les classiques, Mario Bros est LE jeu vidéo. Celui qui revient qu’elle que soit la plateforme, qu’elle que soit l’époque.

Ce coup-ci, c’est le navigateur Chrome qui distille la réécriture du jeu en HTML5, FullScreenMario.com, avec tous les niveaux que vous connaissez, mais également des maps originales créées à l’aide de l’éditeur intégré.
Ahhh, nostalgie quand tu nous tiens ! (Attention, ce site peut être une arme fatale pour les personnes qui souffrent de procrastination chronique).

via Nerdcore

#média

Récits de Fukushima

Nicolas, le 07 oct 2013

Il en est passé de l’eau sous les ponts depuis le 11 mars 2011. Et c’est justement bien le problème. L’eau qui coule et qui contribue à la propagation sourde et invisible de « l’étrange virus ». C’est ainsi que l’on a qualifié la pollution nucléaire aux enfants d’Okuma et Futaba, villes qui entourent la tristement célèbre centrale nucléaire Fukushima Daiichi qui s’est transformée en machine de mort lente et certaine depuis le dernier gros tsunami qu’à connu le Japon.
Ma femme, qui est japonaise, et moi, avons souvent des conversations sur la manipulation de l’information : la vérité, la réalité, la justesse de l’histoire. Ca nous en fait des motifs de débats avec les différences culturelles qui nous marquent, moi le franco-suisse de Provence et mon épouse, la aïnou-japonaise de Hokkaido. La médecine, l’histoire, la politique, la consommation. Autant de sujets qui confirment à quel point les populations sont formatées, sont manipulées, afin de prendre pour argent comptant des vérités qui parfois frisent l’aberration.
Des 2 côtés. Personne n’est épargné.
Depuis les semaines qui ont suivi le tsunami de 2011, après le choc passé et s’être assuré que nos familles, proches et connaissances étaient à l’abri, la grande question de l’état catastrophique de la centrale de Fukushima est venu enrichir les sujets à controverse. Pouvions-nous continuer à consommer de la nourriture venant du Japon (spécialement à base d’algues)? Nos proches étaient-ils à l’abri, même à plusieurs centaines de kilomètres de la centrale ? Le gouvernement, la TEPCO, disent-ils la vérité ? Et quand ils avouent un mensonge ou leur incapacité à résoudre le problème, découvrons-nous le pot-aux-roses ou allons-nous encore trouver des surprises ? Qu’en est-ils des experts français qui sont si virulent à propos de la situation au Japon et sont si cléments concernant la France et ses centrales ? Pourquoi les français feraient-ils mieux que les japonais ? Pourquoi les français pourraient comprendre un pays aussi différents ? etc…

C’est à la suite d’une de ces conversations que, cherchant une carte illustrant la propagation de l’eau radioactive depuis Fukushima Daiichi à travers l’océan pacifique et les nappes phréatiques, que je suis tombé sur la série « Récits de Fukushima » (Arte), réalisée par Alain de Halleux. 8 témoignages d’habitants de Tokyo et des environs de Fukushima qui illustre la situation de l’intérieur, avec l’angoisse, l’information, l’action et les grandes questions sur ce qu’il en advient du futur lorsqu’on est soumis à cette pollution invisible et immuable.

La conclusion que j’en tire, principalement, au delà de la peine et la compassion intrinsèque que je peux éprouvé à la vision de ces témoignages, ne concerne pas une position pro- ou anti-nucléaire, mais plutôt ce que l’homme est capable de se faire subir à lui-même comme atrocités, de la manière la plus fourbe qui soit. Car contrairement à cette situation, la guerre et ses horreurs, les dictatures et leurs exactions, disent leur nom, contrairement aux couleuvres vénéneuses que nous fait avaler notre société « développée », « riche » et « libre ».

Voir la série Récits de Fushima sur arte

#environnement #média