Une playlist pour coder, travailler, se relaxer

Nicolas, le 17 nov 2013

playlist_112013

Pour faire suite à mon post précédent sur mon iPod vintage, j’ai décidé de partager avec vous ma dernière playlist.
Il s’agit d’une playlist résolument Trip-Hop, que j’utilise aussi bien pour travailler (que ce soit en code, design ou sur de la rédaction/analyse de projet) que pour me relaxer (moment impératif avant le sommeil).
Elle couvre 6 groupes, 25 albums, en plus d’une centaine de titres (102, pour être précis).

On y trouve Hooverphonic, Goldfrapp, Massive Attack, Portishead, Archive et Morcheeba.

Si vous souhaitez plus de détails, je m’efforcerai de vous en donner.

#musique

Arcade Fire – Reflektor

Nicolas, le 04 nov 2013

Heureusement que je ne m’arrête pas au plumage, tant je trouve la pochette d’une dernier album d’Arcade Fire moche.
Heureusement que ça ne m’a pas empêché de voir ce que nous ont pondu les canadiens de Montréal, car le résultat, Reflektor est bon. Oh, que cet electro-rock est bien distillé avec un bon petit goût de David Bowie aux entournures qui n’est fait que pour me plaire. Ce double album (même), produit par James Murphy et Markus Dravs, laisse entendre le français de Régine Chassagne mélangé aux traditionnels chants anglais.

Cet album tourne déjà en boucle et je ne suis pas prêt à le lâcher. Espérons qu’il fasse encore mieux que son prédécesseur, The Suburbs, ce serait bien mérité !

#musique

Kutiman – Thru Tokyo

Nicolas, le 01 nov 2013

La vidéo Thru Tokyo, réalisée par musicien et artiste vidéo Kutiman, est composée d’images de Tokyo et habillées de séquences musicales. Une ode qui illustre bien l’effet que fait la capitale à toute personne qui y met les pieds. Cette vidéo fait partie d’une série de court-métrages originaux produits par PBS Digital Studios. Enjoy !

#musique #vidéos

Interview de M.I.A. sur Pitchfork

Nicolas, le 28 oct 2013

M.I.A. est égale à elle-même dans l’interview qu’elle a donnée au site Pitchfork.
Détachée, elle répond, plus ou moins, à des questions sur son passé, son présent et son futur. A lire ici.

#musique

Ikea or Death

Nicolas, le 26 oct 2013

C’était un jeu assez courant entre nous… amateurs de death ou black metal, fans de djent et consorts. Les groupes suédois ont, forcément, des noms qui rappellent ceux des produits Ikea. (Un exemple ? Kvelertak ! Kylesa !).
Voilà que Ikea or Death est devenu un petit jeu en ligne où l’on doit déterminer si le mot proposé est le nom d’un meuble Ikea ou le nom d’un groupe de metal. C’est amusant et c’est signé par l’agence Gatesman+Dave.

Via Laughing Squid

#musique

Haim – Days are Gone

Nicolas, le 13 oct 2013

Vous ne connaissez pas Haim. Et vous avez bien tort !

Les 3 soeurs, Este, Danielle et Alana Haim, accompagnées du batteur Dash Hutton distillent de la pop indie depuis 2005 et signent leur premier album Days are Gone le 30 septembre 2013. C’est tout frais.
Aussi frais que le résultat. De quoi donner quelques allures printanières à cet automne. Frais mais faisant preuve d’une grande maturité artistique. Rare pour un premier album, mais tout à fait compréhensible quand on s’attarde un peu sur le CV de Danielle et Este. Je vous laisse juge à la lecture de l’article qui leur est consacré sur le site Pitchfork. Pitchfork qui attribue d’ailleurs la note de 8.3 à l’album Days are Gone.
Haime rejoint ma playlist spéciale « longues heures de code » et je dois dire que j’aime tout particulièrement le titre Falling, que vous trouverez en écoute sur Soundcloud.

#musique

Musique pour coder pendant l’été

Nicolas, le 06 août 2013

Musique en Aout

En plein chantier UI UX pour un projet interne de Quartr et avant de vous pondre un beau tutoriel pour monter un serveur local sur son Mac, je vous propose de partager avec vous ce que j’avais ce jour dans mes oreilles.
Pas que du nouveau, mais de quoi se donner un petit air de vacances pendant cette session de code sur la terrasse provençale. On trouve Chairlift (j’adore le morceau Bruises découvert via une vidéo sur Vimeo), Empire of the Sun (dont le morceau Walking on a Dream m’a donné envie de goûter aux 2 albums du groupe), Feist (avec l’excellent My Moon My Man et le One Two Three Four qui fait danser ma fille cadette), Fun. (que j’ai découvert « récemment » avec We are Young : coup de foudre immédiat pour le groupe New-Yorkais), M.I.A. (j’en suis fou ! Paper Plane, XXXO et le nouveau Bring the Noize… faut-il en rajouter ?), The Mars Volta (que je découvre en ce moment avec leur premier album de 2003), Matt & Kim (je suis fan du couple ! J’étais passé à côté de Lightning sorti en 2012. Je rattrape le retard et je kiffe.), Mattafix (premier album en 2005 qui ne prend pas une ride… Big City Life, ça vous dit quelque chose ? Le deuxième et dernier album Rhythms and Hymns traîne sur un disque externe), N.A.S.A. (les 2 albums sont de la bombe atomique, surtout le second avec Gifted, morceau renommé He He Oh par ma fille cadette qui fait des chorégraphie dessus), Rita Ora (de l’écurie Jay-Z), Santigold (ne me quitte plus depuis L.E.S. Artistes), un album de The Ting Tings (pas fan de l’autre) et les 3 albums de Vampire Weekend.

Comme disait l’autre… No music, no life.

#musique

Designers.MX

Nicolas, le 01 juin 2013

Designers.mx

Rien de pire qu’un manque d’inspiration. Surtout pour un créatif.
Quand on a besoin de visuels, un tour sur dribbble ou behance peut faire l’affaire. Mais que faire lorsqu’on a besoin de nourriture pour les oreilles ? Les sources ne manquent pas mais trouver ce dont on a besoin à un instant précis, sans se taper des kilomètres de musique de chiots, voilà qui peut être un exploit sacrément aléatoire. Un aléa qu’on souhaite particulièrement éviter lorsqu’on a un gros boulot sur la planche !
C’est là que Designers.MX peut vous sauver des heures de labeurs. Le principe de ce site est de proposer des playlists de livres, vidéos, designs, photos et … musiques pour combler le manque d’inspiration momentané. Ces playlists sont composées par des designers (ou designers proclamés) qui vous invitent ainsi à partager une partie de leurs « environnement de travail » sous forme de contenu culturel.
Le streaming musical est assuré par Spotify. Ca fonctionne bien, si ce n’est que, les spots publicitaires qui surgissent de temps en temps entre 2 morceaux ont l’art de me faire péter un plomb (changement d’ambiance et de volume… radical).
Je suis particulièrement friand de la playlist Rainy Days par Calvin Joel Koepke.

#média #musique

Baroness, S.N.O et Red Fang

Nicolas, le 15 déc 2012

<hors sujet>

Un long moment de silence lié à une belle surcharge de travail, des préoccupations familiales, 15 jours de rhino-laryngo-sinusite et 2 vagues successives de piratage de mes serveurs (ça semble être une mode du moment) qui m’ont pas mal bouffé de mon maigre temps libre. Mais me voilà de retour et dès que j’ai fini cette rédaction, je m’occupe des commentaires en stand-by.

</hors sujet>

Aujourd’hui, parlons musique. Ce ne sont pas forcément des nouveautés, mais j’aurais amèrement regretté de passer à côté !

Baroness

Baroness

Baroness

Baroness

Le groupe Baroness a signé un superbe double album cette année, intitulé Yellow & Green. Il fait suite à Blue Record (2009), Red Album (2007), Third (EP, 2007), Second (EP, 2005) et First (EP, 2004). On remarquera l’imagination qui émane des noms des galettes du groupes… j’ai hâte qu’on passe aux lettres de l’alphabet).
Superbe tant au niveau du son qu’au niveau des visuels, signés John Dyer Baizley, guitariste, chanteur du groupe et illustrateur pour d’autres groupes (dont Kylesa) et labels. Je n’ai pas eu l’occasion d’aller faire un tour du côté des anciens albums, je me fais donc une idée uniquement sur ce dernier : juste équilibre d’énergie et de mélodie, un son parfaitement mûr et maîtrisé qui prouve bien que le groupe à de la bouteille. Né en 2003 et composé des membres de Johnny Welfare and the Paychecks, Baroness s’est vu récompensé avec le titre de meilleur album de l’année (magazine Revolver) pour Red en 2007. Malgré des changements assez importants parmi ses membres, 2 guitaristes et un bassiste, ce groupe de sudistes (Géorgie, puis Virginie) propose, avec Yellow & Green, un ensemble cohérent, une promenade à travers le savoir faire du groupe qui s’amorce sur une intro (Yellow Theme) délicieusement mélodique suivie immédiatement d’un Take My Bones Away qui écrase tout sur son passage. Rien que pour ces 6’44 », le détour vaut le coup !
Un indispensable de l’année 2012 !

Stonewall Noise Orchestra

SNO

SNO

S.N.O. ou Stonewall Noise Orchestra, est un groupe… suédois qui, en terme de scène internationale, se contente de la Belgique et de l’Allemagne. Je dois avouer que je me souviens même plus comment je suis tombé sur ce groupe. Mais depuis que c’est arrivé, leur album Sweet Mississippi Deal ne me quitte plus. Déjà 2 ans que cet album est sorti et je regrette déjà que mes oreilles aient perdu autant de temps avant d’apprécier les riffs bluesy, gras et métalleux que délivrent les 5 suédois poilus.
S.N.O. a déjà 3 albums (2005, 2008 et 2010) à son actif et ne demande qu’à s’installer sur les scènes de festivals internationaux pour être apprécié à sa juste valeur.
Incontournable pour imaginer ce que donne un Fjord à la sauce Bayou.
On reparlera de Stonewall Noise Orchestra pour un article « guitar rig ».

Red Fang

Red Fang

Red Fang

Red Fang

Je vais terminer avec Red Fang dont j’ai fait la découverte il y a quelques jours à peine suite à une conversation de forum concernant « la telecaster et le gros son ».
C’est donc à cette occasion que je tombe alors sur la vidéo de Prehistoric Dog, premier titre de l’album Red Fang (2009), première galette du groupe. Titre et clip délirant à base bières, de son lourd comme la fonte, de barbes et de nerds déguisés en chevaliers. Un vrai bonheur qui me rappelle, dans un autre ordre d’idée, Weezer (dont je suis assez fan, comme vous le savez peut-être), de par les références fréquentes à l’universs culturel geek.
A Portland, il y a donc des baristas (hipsters qui travaillent), des musiciens (des hipsters qui font quelque chose), des fixies (moyen de locomotion de hipster), des babacools à la retraite (parents de hipters), des hipsters (hipsters qui ne font rien si ce n’est parler pour ne rien dire et aller aux festivals de musique de Pitchfork) et… Red Fang (hipster qui se sont trompés à l’intersection et sont partis direct se paumer chez les rednecks). Le groupe est né en 2005, produit 2 EPs et les compile en un LP titré Red Fang en 2009. Leur deuxième album, Murder the Mountains sort en 2011 et c’est là que tout commence avec de grosses tournées au côté de Crowbar et Kylesa, puis Mastodon. Ils sont d’ailleurs passé par Paris le mois dernier.
Red Fang est un vrai groupe de live, de musique simple, brute et efficace. De l’énergie et une ambiance qui détonne avec les productions léchées mais qui fait vraiment du bien par où ça passe. Les 2 albums sont à faire tourner sans relâche !

Ces 3 groupes sont affublés des étiquettes Sludge métal et Stoner Rock… à vous de voir comment les ranger dans votre discothèque.

Pour vous faire une idée, je vous invite à vous rendre sur les sites de Baroness, S.N.O. et Red Fang.

#musique

guitargeek.com

Nicolas, le 01 sept 2012

New guitargeek

C’est la rentrée et comme à chaque rentrée, il faut des bonnes résolutions.
Mettre à jour plus régulièrement mon blog, faire plus régulièrement de la musique, lire davantage, perdre moins de temps à regarder de la trash TV en prétendant que ça fait partie de la culture générale, arrêter de fumer.
Pour ce dernier point, je vais passer par la case consultation tabacologique de l’Hôpital Européen Georges Pompidou. Je vous raconterai.

En profitant du calme d’une sieste de ma cadette, je me colle à la gratte pour dérouiller mes doigts sur quelques classiques. Comblé par cette petite séance, je dépoussière, le soir-même, quelques liens vers des sites de gratteux.
Et c’est une bonne surprise qui m’attend en ouvrant guitargeek.com.
Pour vous la faire courte, ce site, très intéressant qui répertorie les configurations matérielles des plus grands guitaristes était très bien tenu et illustré par Adam Cooper, mais souffrait d’une interface plus démodée que Mathusalem. Jugez simplement.

Old guitargeek

La nouvelle interface, capture en ouverture de cet article, est claire et propre. Les illustrations sont grandes. Un forum et les commentaires apportent la touche user generated content qu’il faut et qui permet d’oublier que le seul point sombre du site est le contenu encore un peu léger en quantité et les mises à jour encore un peu sporadiques.

N’hésitez pas à y faire un tour si le sujet vous parle. Ce site est une vraie mine d’or d’autant que la version précédente du site et son contenu sont encore disponible dans les archives.

PS : Pour celles et ceux qui ne comprendraient pas pourquoi le terme geek peut être associé à guitare, je vous invite à réviser la vraie définition du terme geek.

#média #musique #subjectif