NY 41×41

Nicolas, le 24 oct 2013

Loin de moi l’idée de faire de la pub pour Nokia car si mes très anciens e61 et 7610 avaient fait mon bonheur, je ne peux en dire autant du Lumia 920 qui après plusieurs mois de bugs fréquents a décidé de me laisser définitivement en rade en s’éteignant soudainement pour ne jamais se rallumer. Belle catastrophe.
Loin de moi l’idée de faire du recyclage d’une vidéo créée pour faire le tour de la toile. J’ai eu l’occasion de tomber sur cette vidéo un grand nombre de fois depuis que j’ai prévu d’en parler ici.
Loin de moi l’idée de faire la promotion des 41 Mpix du capteur APN d’un téléphone mobile tant l’idée de valoriser un smartphone via des fonctionnalités d’appareil photo me paraît abérant et synonyme d’un véritable échec par ailleurs.
Mais il faut avouer que cette vidéo, montée de zooms successifs dans des images fixes d’une résolution de 41 Mpix prise tout le long de 41 blocs de la ville de New-York, a de la gueule. Entre Depardon et le clip Eple de Röyksopp, cet enchaînement d’une grande fluidité donne un véritable sentiment de légèreté.
La vidéo signée Paul Trillo est à voir ici et le making of se trouve là.

Via The Awesomer

#photos #vidéos

Les joies des orages d’été en Provence

Nicolas, le 09 août 2013

Orage 1

Aaaah, la Provence. Ses cigales, sa lavande et son romarin, son anisette à l’apéro, ses olives… ses orages d’été. Comme pour faire écho au printemps parisien lamentable de cette année, les rares (deux, en fait) orages que nous avons subi durant ce mois passé ont montré qu’on déconne pas avec les éléments.

Les orages, quelles merveilles ! De quoi casser la routine et sentir la puissance de mère nature dans toute sa splendeur. Oh, bien sûr, je n’ai pas tenu ce discours lorsque la maison a été inondé un an après notre arrivée dans le sud au début des années 80. Je ne me suis pas réjoui lors des inondations de Vaison-la-Romaine avec l’angoisse de savoir ma mère coincée sur place. Et aujourd’hui, je ne suis pas en joie lorsque, le ciel se faisant menaçant, mon père débranche la Livebox, la télé et le récepteur Canal Sat pour éviter qu’ils soient touchés par la foudre.
Alors je profite de ces moments « unwired » pour contempler le phénomène météorologique.

Comme lors de cette soirée, passée sur la terrasse couverte alors qu’il tombe des trombes d’eau, que le tonnerre gronde et que le ciel est zébré d’éclairs. C’est d’ailleurs l’un de ces éclairs qui donne cette photo si étrange en ouverture de cet article. Il s’agit de 2 photos prises par mon beau-frère à une ou deux secondes d’intervalle. Je n’ai pas bougé d’un pouce, mais ce qui a changé, c’est que celle de gauche est prise avec la lumière électrique de la terrasse couverte alors que la seconde a été prise au moment exact ou la foudre est tombée et que les plombs ont sauté. On a donc un cliché éclairé par la lumière de la foudre, l’ombre portée provoquée par cette source de lumière soudaine et l’obscurité ambiante de la nuit.

Orage 2

Autre curiosité : le ciel nuageux dont les courants sont contradictoires en fonction de l’altitude, donnant une chorégraphie assez somptueuse, malheureusement très délicate à rendre en photo ou en vidéo à cause des jeux de lumière. J’ai quand même tenté de m’amuser avec la fonction panorama de mon iPhone juste avant de courir dans tous les sens pour ranger ce qui trainait à droite à gauche et se protéger au moment où on a commencé à entendre le claquement des feuilles, les branches se casser et l’impact des grêlons, gros comme des balles de ping pong, sur le sol. Comme le montre le cliché ci-dessous. (Vous m’excuserez pour la piètre qualité de la prise de vue, mais j’étais plus préoccupé par le fait de ne pas me prendre un marron glacé sur la tête !).

Orage 3

Puis le soleil est revenu (le lendemain après-midi) et le sol a commencé à sécher doucement. L’été provençal a repris son territoire.

#photos #subjectif

Wallpaper – Mai 2012

Nicolas, le 09 mai 2012

Wallpaper may 2012

Dieu que ce printemps a du mal à s’installer sur la métropole parisienne. Pluie, grisaille, froid, les journées s’enchainent et se ressemblent. Dans ces conditions, il arrive que, malgré le plaisir que je prends à effectuer mes déplacement à vélo, lorsque je rentre du bureau après une grosse journée de travail, mes enjambées sont un peu pénibles lorsque je monte ma monture au 4ème étage. C’est que ça en fait, au final du poids sur les épaules, vélo + sac (fourre-tout de MBA, iPad et tout un tas d’autres trucs, antivol U en prime).
C’est pour illustrer ces moments-là que j’ai sélectionné ce fond d’écran pour le mois de Mai. Alors, je tiens à le préciser, ce n’est ni mon arrière-train, ni mon sac et encore moins mon vélo que vous pouvez admirer ici. Mais ce cliché trouvé sur le flickr de John Prolly s’en rapproche beaucoup.

#Apple #design #photos

My Holiday Party by Everett Hiller

Nicolas, le 25 fév 2012

Exploit Photoshop qui pourrait rendre jaloux n’importe quel Paparazzi !
Au point que, bien que je n’ai pas tellement l’habitude de relayer les « buzz du moment », celui-ci vaut le détour.
Mytho ! Ai-je envie de crier lorsque je réalise qui s’est glissé dans cette galerie de portraits illustrant une petite fête bien banale. Brad, Keanu, Angelina, David, Neil, Barack, etc… Voilà une fête imaginaire où la presse people aurait rêver traîner ses guêtres.
Amusez-vous à trouver qui s’est glissé dans chacune des nombreuses photos signées Everett Hiller.

#média #photos

Repas d’hiver

Nicolas, le 06 fév 2012

C’est bien connu, « ils nous ont détraqué la météo avec leurs avions ! ». La preuve, il ferait plus froid à Paris qu’à Sapporo. Je vous rassure, rien à voir en terme de quantité de neige, mais quand même, qu’il fasse plus froid à Paris que dans une ville ayant accueilli les jeux olympiques d’hiver, ça peut surprendre.

Avec un froid pareil, la facilité serait de se faire une saucisse-lentilles ou un ramen brulant. Mais non, cédons pour quelques korokke, une petite salade de poulpe, du radis râpé pour accompagner un sashimi tout droit sorti des eaux. Riz et soupe miso maison sans supplément et clôture sur des donuts et autres desserts de Mr Donuts à déguster devant un bon film ou quelques talk-shows déjantés.

Une bonne soirée d’hiver, bien cosy comme il faut.

#photos #subjectif

Histoire de Pow Pow

Nicolas, le 16 jan 2012

Cette année, contrairement à l’année dernière, la neige semble avoir oublié Paris pour se concentrer très logiquement sur les montagnes (dixit la team de Bourg Saint Maurice).
Pendant ce temps, comme chaque hiver, les températures qui règnent sur Sapporo et ses environs ne dépassent plus le zéro pendant des mois.
Voici un florilège de quelques photos prisent sur place.


Dur de trouver à manger pour les oiseaux quand il est tombé 80 cm de neige pendant la nuit.


Prise de vue depuis la cabine du camion de mon beau-père qui a été une nouvelle fois mobilisé pour transporter de la neige afin de dégager les centres urbains.


Le sport continue des locaux (je m’y suis mis aussi) : déblayer. Heureusement, ma belle-famille a eu la bonne idée d’acheter une déneigeuse motorisée.


Petite visite administrative pour récupérer des pièces d’état civil. Même le centre ville de Sapporo est plongé sous la neige. Mais, contrairement à Paris et son centimètre de poudre, pas d’embouteillage, ni de chaos. L’ambiance est surréaliste avec un drapeau flottant lentement et les bruits feutrés de la ville.


Une banale sortie nocturne au karaoké prend des tournures d’aventure. Le conducteur ne semble pas le moins du monde inquiété. Entre stupéfaction et légère angoisse, j’écarquille les yeux et suit le ballet des lumières scintillantes.

#photos #subjectif

Loreo – Lens in a Cap

Nicolas, le 14 jan 2011

Pas de voyage au Japon sans un minimum d’achat high tech / photo !
Pas de caprices consuméristes, mais plutôt l’occasion de trouver ce qui est rare, voire inexistant en France.
Cette fois-ci, comme nous avions effectué un gros achat high tech avant de partir (le 7D), nous nous sommes contentés de petits accessoires pas chers et « utiles » : un pare-soleil et un capuchon de remplacement pour le Tamron, une sangle confortable pour le 7D, un nouveau caoutchouc d’oeilleton pour le 400D et… un LOREO – LENS IN A CAP.

C’est bien entendu de ce dernier dont je veux vous parler. Pour environs 20 euros, le principe est simple : tout en remplaçant le capuchon de boitier du reflex, le Lens in a Cap offre une lentille plastique et différentes ouverture faisant office d’objectif rudimentaire.
D’une focale de 50 mm (équiv. 24/36) et utilisable uniquement en manuel, on sélectionne l’ouverture à la main sur l’objectif (de f:5.6 à f:64), la vitesse et les ISO se régleront sur le boitier afin d’obtenir l’équilibre nécessaire à une photo correctement exposée. Il n’est, bien entendu, pas question de mise au point : elle se fait sur l’infini.
Voilà de quoi recréer les conditions les plus proches possibles des compacts mythiques de piètre qualité de fabrication que sont les Lomo, Holga et autres Polaroid bas de gamme.
Pour aller au bout des choses, il faudra rajouter un peu de vignettage et d’aberrations chromatiques en post production.
Je vous laisse quelques clichés pour juger de rapides tests que j’ai effectués à la volée.

Petite question qui amène un post ultérieur : Flickr ou Picasa ?

#photos #tests

Un an en Norvège, la magie du timelapse

Nicolas, le 13 jan 2011

One year in 2 minutes from Eirik Solheim on Vimeo.

Une petite pensée pour mon pote Mathias en voyant cette vidéo. Ce sudiste amateur de bonne boufffe s’est exilé il y a quelques années en Norvège, à Trondheim, pour le boulot. Il travaille dans le pétrole. Mais comment lui en vouloir ? Je fais bien du marketing, moi. Mathias n’est plus à Trodheim, il est à Bergen maintenant. Mais peu importe, la vision de se timelapse d’un an en vidéo m’a bien sûr fait penser à lui.
J’espère que vous apprécierez ces 17 000 images enchaînées et si vous souhaitez plus d’information sur la réalisation, n’hésitez pas à vous rendre sur le site de Eirik Solheim qui en est l’auteur. Ca vaut le détour.

D’ailleurs, si David (qui sort son 4ème bouquin) voulait bien faire la même chose au Japon, ce serait intéressant de comparer !

via Boing Boing

#photos #vidéos

Retour à l’argentique, les premiers résultats

Nicolas, le 24 déc 2009

fujicolor-12ans-1

fujicolor-12ans-2

Même si je ne vous l’avez pas spécifiquement promis, je me devais de vous donner un petit retour sur cette première expérience de retour à l’argentique (voir l’article en question).

Pour résumer : un boîtier reflex Canon AE-1 Program, un objectif 50mm f:1.8, une pellicule Fujicolor Super G Plus 100 ISO 24 poses périmée depuis 12 ans.

Premier constat : pas évident de ne pouvoir regarder sa prise de vue juste après avoir déclenché, de rester dans l’expectative jusqu’au développement, surtout pour l’impatient que je suis.

Deuxième constat : je pense beaucoup plus mes photos avant de les prendre : on ne shoote pas de la même façon lorsqu’on a 24 poses que lorsqu’on a une carte mémoire de plusieurs giga.
Je prends plus de temps pour mesurer l’exposition, cadrer, envisager la profondeur de champs et tout vérifier. Je réalise à quel point l’absence quasi totale d’assistance (appareil utilisé en manuel et pas de mise au point automatique) peut être déroutant. D’autant que je n’ai jamais tellement été un expert de la mise au point manuelle.

Résultat : Je suis assez satisfait de ce que j’ai obtenu. Environs 8 photos que je considère comme réussies. C’est à dire qui répondent à mes attentes sachant que la pellicule périmée à joué son rôle, malgré son grand âge : couleurs délavées et aberrations chromatiques. 1 photos sur 3 réussies, c’est pas mal aussi bien en argentique qu’en numérique.

Il se devait d’y avoir une ombre au tableau. Et ma déception vient du tirage.
Déjà, à la grande époque, c’était assez souvent une catastrophe lorsqu’on ne faisait pas de la « photo de famille ». Mais c’est devenu encore pire. Chez Photo Service, il n’y a plus de tirage sur papier mat; il faut spécifier un tirage sans correction, sinon ils vous niquent toutes les aberrations tant souhaitées; lorsque la photo est globalement floue (bokeh) elle est jugée ratée et donc, non tirée arbitrairement…
A force de râler, j’ai quand même obtenu mes tirages et me suis promis de demander au Père Noël un scanner de négatifs/diapositifs, ne serait-ce que pour vous montrer autre chose que des photos de photos (d’autant que l’angle de prise de vue, pour éviter les reflets dus au papier brillant, n’arrange rien).

Affaire à suivre !

#photos

La neige est de retour

Nicolas, le 18 déc 2009

neige depuis la cuisine
Photo prise depuis la cuisine qui donne sur la cour intérieure. Fujifilm Finepix F70EXR avec traitement Polaroid Generator dans Photoshop

Quel plaisir, ce matin d’être réveillé par la plus grande de mes 2 filles hurlant « il neige, il neige… » et moi, de me lever, en oubliant mon humeur d’ours mal léché typique du matin tôt, pour la suivre et constater depuis le balcon que Paris s’est parée d’un fin manteau blanc.

D’accord, rien de très exceptionnel, d’autant que l’année dernière, le même spectacle a eu lieu avec les mêmes cris de joie. Mais je dois avouer que je suis resté assez enfant pour ça car la neige m’émerveille toujours autant. La blancheur qui rappelle mon premier iPod, les bruits étouffés… le sentiment de plénitude et de sérénité retrouvée.

Capuccino and Canon
Capuccino veille sur le Canon pendant que je shoote nonchalamment avec le Fuji.

La journée est passée, j’ai pris quelques photos et continué de m’occuper de l’appartement pour que la maman puisse se reposer tout en gardant un oeil sur la petite dernière.

ours en neige
Ours de neige découvert lors de la dernière promenade quotidienne canine.

Une vraie journée de vacances.

#photos #subjectif