The Killing

Nicolas, le 14 mai 2013

The Killing

Le « Previously on AMC’s The Killing » me change de « Previously on AMC’s The Walking Dead ».
Regardée sur le tard, puisque la 3ème saison va bientôt être diffusée, c’est avec un grand plaisir que je me suis plongé, lors de mes insomnies, dans la série The Killing, produite par AMC.
J’avais jeté un coup d’oeil sur le pilote au moment de sa « sortie » mais la quantité astronomique de pluie à l’écran avait dû me rebuter à l’époque. Parce que pour pleuvoir, je peux vous dire qu’il pleut dans cette série.
Se déroulant à Seattle, l’intrigue démarre sur une enquête policière autour du cadavre du jeune fille pour se transformer en complot politique. Les décors et le synopsis rappellent un peu Twin Peaks sans la dimension mysthico-déjantée propre à Lynch. Non, ici, l’histoire est danois, une série intitulée Forbrydelsen diffusée DR1. La version américaine est, quant à elle, développée par Veena Sud.
Le fait que ce soit une série danoise a son importance car si vous n’aimez pas ce style, que je trouve très proche des romans du suédois Henning Mankell, passez votre chemin. C’est particulier : assez sombre, visqueux, lourd, oppressant. On est plongé dans un environnement dur, voire hostile, où les personnages sont des dégradés de gris, loin du tout blanc ou tout noir. On se souviendra également du thriller Seven en se laissant embarqué, épisode par épisode tout au long des 2 premières saisons qui, de rebondissement en rebondissement, évite l’essoufflement.
Résultat, accroc, je me demande comment vais-je avoir la patience d’attendre les épisodes de la 3ème saison.

A noter que The Killing a été diffusée sur Paris Première en France.

#culture