Tucker & Dale vs. Evil

Nicolas, le 08 mai 2011

Ca faisait un bout de temps que ça m’était pas arrivé. Faut dire que depuis quelques temps j’ai mis la pédale douce sur les films d’horreur, malgré les reproches de ma femme qui, manifestement supporte beaucoup mieux les navets que peut réserver le genre. Parce qu’on en a mangé, des navets, avant que je mette le holà après une oeuvre magnifique de 1h10 (et c’était déjà trop) d’étudiants, sportifs en devenir (en tous cas pas acteurs), tourné au camescope sans aucune connaissance de la lumière… Une horreur (ça tombe bien) regardée après avoir été trompé par la note IMDB.
Prise de risque certaine avec Tucker & Dale vs. Evil, qui affiche un superbe 7.7 IMDB (note très rare pour un film d’horreur), alors qu’inconnu au bataillon. Alors que pour que je ne connaisse pas un film d’horreur, faut qu’il soit underground au niveau de la station Lamarck-Caulaincourt (ligne 12 du métro parisien).
Mais il s’avère que ce film, indépendant, ça va sans dire, se regarde sans problème et fait beaucoup plus rire que peur. Rire bêtement à des situations plus incongrues les unes que les autres, dans un univers qui n’a rien à envier à Texas Chainsaw Massacre, tant ça sent bon la vieille transpiration, la carrosserie rouillée et la bière en canette.
Jack Black aurait pu jouer dedans, mais Taylor Labine fait très bien le boulot, accompagné de Alan Tudyk et Katrina Bowden qui complètent le camps des personnages principaux.

Un film canadien (voilà pourquoi il est inconnu !), qui, malgré l’absence de finesse de Shawn of the Dead (vraiment ?), fera passer un très bon moment aux amateurs de la comédie d’horreur qui fait tout sauf se prendre au sérieux. Une absurdité à ne pas rater pour se libérer les neurones et les réserver pour un travail plus intellectuel.

#culture